Espaces Clients

L’arrêt de travail abusif

Vous avez un salarié malade à répétition ? Vous doutez du motif d’arrêt maladie d’un de vos employés ? En tant qu’employeur, la loi vous autorise à faire une contre-visite médicale afin de vérifier la validité de l’arrêt de travail.

Qu’est-ce qu’un arrêt de travail abusif ?

Un arrêt de travail abusif est un arrêt de travail injustifié du point de vue médical. Le salarié bénéficie alors d’un arrêt délivré sans raison médicale valable. Cela concerne aussi l’absence au domicile du salarié en dehors des heures autorisées, ainsi que le refus de recevoir le médecin pour un contrôle médical ou de donner une adresse erronée. Cette situation peut avoir des conséquences nuisibles pour le bon fonctionnement de votre entreprise et cela impacte vos activités.
Si vous versez à votre employé un complément de salaire, vous pouvez demander une contre-visite médicale. Vous êtes en droit de contester un arrêt de travail ou de dénoncer un arrêt maladie abusif. Pour cela, il suffit de mandater un organisme indépendant tel que Mediverif. En envoyant sur place un médecin contrôleur, nous vous aidons à gérer l’absence d’un salarié. Remplacements, démarches auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie… Il est important que vous puissiez vous organiser le plus rapidement possible. Cela vous permet d’assurer la bonne marche de votre entreprise.

Que faire en cas d’arrêt maladie abusif ?

Vos doutes grandissent au sujet d’un salarié en arrêt de travail ? Faites appel à Mediverif ! Nous disposons d’un réseau de médecins contrôleurs. Indépendants et titulaires d’un doctorat en médecine, ils sont présents dans toute la France. À votre demande, le médecin se déplace au domicile du salarié. Rapide, la contre-visite a lieu dans les 24 à 48h. Après l’auscultation, le médecin rend ses conclusions. Si l’arrêt est considéré comme abusif, vous êtes rapidement prévenu. Dès lors, vous êtes en droit d’arrêter le versement du complément de salaire. Suite à cela, l’Assurance maladie est également informée. Elle peut à son tour, soit suspendre les IJSS, soit diligenter un nouveau contrôle par ses propres services. Le médecin peut également juger que la durée de l’arrêt maladie est trop longue compte tenu de la raison médicale invoquée par le salarié. Il pourra alors décider d’un arrêt de travail avec une reprise anticipée du salarié.